Découvrez

Le SNSO

Vous souhaitez adhérer au SNSO ?

Un syndicat qui me ressemble

Parce qu’ils arrivent chronologiquement en second sur le chantier, les corps d’état du second oeuvre sont improprement appelés « secondaires ».

 

Or, ils contribuent environ à concurrence des deux tiers dans la valeur d’une construction. Ils lui confèrent l’essentiel de sa substance, notamment au regard des exigences nouvelles de qualité à vivre et de développement durable.

 

Ces entreprises occupent aussi les deux tiers des salariés du bâtiment. Elles valorisent, fixent l’emploi local et participent ainsi à l’aménagement du territoire.

Elles accordent une large place à la formation et la qualification de leur personnel, qui est supérieure à la moyenne du secteur.

 

Leur souplesse, leur adaptabilité et leur aptitude à l’innovation sont irremplaçables. 

Ces entreprises méritaient une véritable visibilité, un meilleur droit de cité, un syndicat qui leur soit propre afin de leur garantir une place équivalente à celles qu’elles occupent à la fois dans le bâtiment et dans la société.

 

Le SNSO a été fondé en 1972 par des entreprises comme la vôtre qui voulaient un outil pour les représenter et les défendre. Depuis, le SNSO est resté fidèle à cette mission. Toujours uniquement constitué d’entreprises de spécialité et de Pme, il est à leur service, fort de son indépendance.

 

En adhérant au SNSO, je rejoins donc un syndicat qui me ressemble et qui en défendant au mieux mes intérêts, fait aussi valoir l’intérêt général.

Les années passées ont vu le bâtiment se recomposer avec rudesse. Cette mutation s’est caractérisée par un phénomène de concentration et un processus de désintégration. Elle a suscité une bipolarisation qui a un effet de laminoir sur les entreprises intermédiaires.

 

D’une part, trois grands groupes ont acquis et confortent leur domination sur le BTP par le jeu de la croissance externe et des marchés globaux. D’autre part, cette globalisation s’effectue au détriment des entreprises structurées de spécialité. Conduites à ne vendre que leurs bras aux grandes entreprises générales auxquelles elles servent de main d’oeuvre au rabais, elles se trouvent amputées de leurs moyens d’études techniques, d’encadrement, en fait de leur substance.

 

Cette évolution a déjà affecté beaucoup de Pme locales de gros oeuvre. Elles ont été éliminées ou sont passées, de gré ou de force, dans le giron des grandes entreprises générales. De même, elle aurait certainement déjà été fatale aux Pme de second oeuvre si ces dernières n’avaient résisté, en se dotant de l’outil de représentation et de défense qu’est le SNSO. Mais aujourd’hui ne présage pas de demain.

En effet, deux options de la construction s’affrontent, l’une financière, l’autre «de métiers».

 

L’option financière considère que plus un marché est capté en amont, plus il permet de prélèvements lucratifs. Elle se manifeste avec le particularisme typiquement français de l’entreprise générale et se développe, en passant par la conception-réalisation, dans ses formes exacerbées que sont les Ppp.

Ainsi, l’opérateur financier qui capte le marché peut-il successivement éliminer diverses concurrences :

- celle des entreprises de spécialité. C’est l’entreprise générale et ses formes apparentées ;

- celle de l’architecte. C’est la conception-réalisation, dont le domaine d’intervention s’élargit progressivement au détour de textes disparates ;

- celle de la maîtrise d’ouvrage qui se trouve dépossédée de sa fonction lorsque le titulaire du marché apporte lui-même le financement.

C’est la technique des Ppp (partenariats public privé), où l’attributaire finance, conçoit, réalise et entretient un équipement public sur plusieurs dizaines d’années, dont la collectivité n’est que locataire obligé.

 

La logique financière suppose donc une forte puissance commerciale et une généralisation de la sous-traitance. Actuellement, elle est érigée en politique par les majors de la construction afin de se réserver un monopole de fait dans le BTP.

 

L’option «de métiers» procède d’une autre idée de la construction. Elle prend en considération ce que la collectivité est légitimement en droit d’attendre, d’une cohérence du processus de réalisation et d’une contribution des différents acteurs.

 

La démarche se fonde sur :

- une maîtrise d’ouvrage responsable, exerçant pleinement ses prérogatives,

- une maîtrise d’oeuvre effective et consistante,

- et des marchés de travaux directement confiés aux entreprises réalisatrices, compétentes dans leur spécialité.

 

Ces dernières et notamment les entreprises de second oeuvre peuvent alors donner le meilleur d’elles-mêmes quant à leur savoir-faire technologique, à leur performance économique, à leur inventivité et à leur grande richesse humaine.

Cette nécessaire affirmation d’identité comme contribution au progrès économique et social suppose une structure professionnelle porteuse des préoccupations propres au second oeuvre et aux Pme du bâtiment. Tel est l’objet du SNSO. Libre dans ses décisions, indépendant par son financement, indifférent à toute pression, il conduit son action avec persévérance, souci du dialogue, mais détermination.

Ces préoccupations, il les développe depuis sa fondation, avec une efficacité dont toute la profession profite déjà largement, comme la loi sur la sous-traitance de 1975 et ses améliorations ultérieures, la loi sur la maîtrise d’ouvrage publique de 1985, l’assurabilité de la faute inexcusable en droit social de 1987, la loi sur la maison individuelle de 1990, la loi sur la garantie de paiement de l’entrepreneur de 1994, son combat auprès des autres organisations du secteur pour la TVA à taux réduit dans le logement ancien, la règle de l’allotissement dans le code des marchés publics, ses différents succès juridictionnels contre la globalisation injustifié des marchés, mais aussi par la discussion, les propositions et la défense de chacun au quotidien.

Le SNSO fait enfin valoir vos intérêts à Bruxelles dans le cadre de l’European Builders Confederation (EBC) dont il est membre.

https://www.second-oeuvre.com

En effet, l’essentiel de notre réglementation est à présent d’origine européenne et ne peut faire abstraction du point de vue de nos professions ; cela lui permet également un échange d’expérience avec les organisations représentatives des autres pays.

Cette action syndicale n’admet aucun répit car chaque avancée peut demain être remise en question.

Logo de l'entreprise EBC

Le marché reste à moraliser et à assainir de sorte qu’il n’y ait pas d’autre concurrence que celle résultant des compétences. La valorisation de nos professions reste à parfaire, aussi bien par la qualification de l’entreprise et de son personnel que par la promotion de la qualité. Nos responsabilités restent à redéfinir pour un exercice équitable du métier d’entrepreneur en droit civil, social, fiscal, etc... Notre environnement économique reste à purger de ses tracasseries administratives, de ses iniquités financières et de ses charges parasitaires. Cela ne se fera pas en un jour. Raison de plus pour nous mettre à l’ouvrage, tous et maintenant, quels que soient vos autres engagements éventuels.

Si le SNSO défend activement les intérêts de la profession, il vous assiste également dans vos problèmes d’entreprise, au jour le jour.

 

Réglementation des marchés publics et privés, sous-traitance, pièces contractuelles des marchés, droit des contrats, droit du travail, difficultés de recouvrement, ... autant de domaines auxquels une entreprise est confrontée au quotidien.

 

Or, la plupart des Pme ou des entreprises de spécialité n’ont pas nécessairement les moyens de maîtriser toutes ces matières complexes et changeantes. Il peut en résulter des déboires susceptibles de mettre en péril l’entreprise elle-même, notamment en période de difficultés où les marges se rétractent et les risques de contentieux se multiplient.

 

Le SNSO vous aide à y faire face. Fort de quarante ans d’expérience durant lesquels il a accompagné ses adhérents au mieux de leurs intérêts, ses services administratifs et juridiques sauront vous renseigner avec efficacité mais également vous aideront à résoudre vos litiges divers.

 

Ils sont également à votre écoute et transmette à vos élus vos observations et vos réflexions.

Notre syndicat met aussi à votre disposition des services performants comme les cautions de marchés, en partenariat avec la société Atradius, ou la garantie sociale du chef d’entreprise (GSC).

 

Par son bulletin mensuel, le SNSO vous informe, vous conseille et vous rend compte de l’action syndicale. Des documentations particulières (guides, contrats types, fiches) sont en outre régulièrement éditées.

 

Organisme de formation déclaré, le SNSO organise également périodiquement sur l’ensemble du territoire des sessions de formation intra et inter-entreprises.

 

Le site internet du SNSO complète en permanence votre information écrite : www.second-oeuvre.com

Un syndicat qui me défend

Un syndicat qui gagne

Un syndicat qui me conseille

Le SNSO a été fondé en 1972 par des entreprises comme la vôtre qui voulaient un outil pour les représenter et les défendre.